SNC-Lavalin veut reprendre ses activités en Libye

SNC Lavalin a l’intention de reprendre ses projets en Libye. Le groupe pourrait ainsi redémarrer les Benghazi Lakes (Great Manmade River) et l’aéroport de Benina, ce dernier étant évalué à 500 M $. La présence du groupe canadien dans le pays remonte à 40 ans et les relations n’ont jamais été interrompues (une équipe de 30 personnes est restée présente). Mais son image reste entachée par des affaires de corruption. L’une d’elles concerne le paiement d’une commission de 160 M $ au fils de Gaddafi par Riadh Ben Aissa, alors à la direction générale, en vue d’obtenir d’importants contrats. Une action de groupe menée par les actionnaires de SNC en mars 2012 aurait mis à jour de sérieuses violations de la loi dans les activités libyennes. Ces actes n’auraient toutefois pas été prouvés. SNC a néanmoins décidé d’engager des poursuites à l’encontre de M. Ben Aissa ainsi qu’envers une entreprise basée en Ontario, dans l’objectif de recouvrer des fonds qui auraient été utilisés pour tenter d’extrader le dictateur de Libye, en 2011.
En 2010, SNC Lavalin réalisait un chiffre d’affaires annuel de 418 M $ dans le pays.

SNC-Lavalin seeking to restart work in Libya, despite shadow of corruption allegations | Financial Post.

Publicités
Cet article, publié dans Marché, RSE, Stratégie d'entreprise, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s