La Turquie ne compte pas adhérer au GPA

Le gouvernement turc fait l’objet de critiques pour ne pas s’être mis en conformité avec le GPA (Government Procurement Agreement), ce qui constitue un frein à son adhésion pleine et entière à l’OMC. En 2002, date de la candidature du pays à l’Union Européenne, la Turquie avait fait évoluer sa législation de telle sorte qu’elle remplissait les critères exigés. Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, 25 amendements sont venus altérer le cadre des marchés publics. L’une des clauses les plus problématiques est celle du « domestic price advantage » qui favorise les fournisseurs locaux, ces derniers pouvant fournir une prestation à un tarif  jusqu’à 15 % supérieur à celui de leurs concurrents directs.
Depuis 1996, la Turquie est l’un des membres observateurs du GPA. Aucune avancée n’a été notée en la matière depuis cette date et- selon des membres du Ministère de l’Economie- le pays n’envisagerait pas de faire progresser sa législation à brève échéance. En dépit du coût induit pour les finances publiques.

Criticism of gov’t mounts for avoiding WTO standards of transparency – Today’s Zaman, your gateway to Turkish daily news.

Publicités
Cet article, publié dans Institutions, Juridique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s