Abertis : aucune solution en vue après son expropriation en Bolivie

Evo Morales, le Président de Bolivie, a indiqué que le gouvernement ne comptait verser aucune indemnité à Abertis après l’expropriation de ce dernier. Le groupe espagnol, qui assurait la gestion de trois aéroports dans le pays via Sabsa, estime à quelque 68 M € le montant du préjudice qu’il a subi en février dernier (voir infra), à la suite de cette opération.
Après la nationalisation, l’entreprise s’était montrée confiante quant à la résolution à l’amiable de ce différend. Abertis, auquel on reproche de ne pas avoir procédé aux investissements de modernisation auxquels il s’était engagé, a indiqué avoir déboursé 9,4 M € dans des travaux de rénovation entre 2005 et 2012, montant auquel s’ajoutent 29,2 M € de droits d’entrée de concession et 7 M € au titre de l’impôt.
Evo Morales semble en revanche prêt à indemniser Iberdrola qui s’était vu ravir ses quatre filiales à la fin de 2012.

Bolivia no compensará a Abertis por la nacionalización de sus aeropuertos | Empresas | Cinco Días.
Pour compléter, vous pouvez aussi lire cet article du Financial Times qui précise que la Bolivie a quitté l’ICSID, le Centre de règlement des différends, depuis 2007.

Publicités
Cet article, publié dans Juridique, Litige, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Abertis : aucune solution en vue après son expropriation en Bolivie

  1. Ping : Abertis tente à nouveau de négocier en Bolivie | SEFI Veille Internationale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s